Le webmarketing propose de puissants leviers complémentaires pour promouvoir son entreprise et convertir des internautes en nouveaux clients. Parmi ces leviers, on trouve ceux utilisant le canal de l’email, avec notamment le cold emailing. De quoi s’agit-il exactement ? Quelles sont ses spécificités et comment en faire un levier efficace pour votre prospection ?

Le principe du cold emailing

Lorsque l’on pense aux mails pour vendre, on pense souvent à la newsletter qui nous propose des promotions ou de découvrir les derniers produits d’un catalogue. Le cold email fonctionne différemment puisqu’il va s’adresser à des clients potentiels, et non des abonnés à une newsletter par exemple. Une stratégie cold emailing va consister à cibler une audience qualifiée et lui envoyer un message personnalisé, mais de manière automatisée. Ces deux concepts sont tout à fait compatibles, car le message transmis diffèrera selon, par exemple, le secteur d’activité du destinataire, sa tranche d’âge ou encore sa situation géographique. Le principe du cold emailing est de générer des leads qualifiés à partir de prospects dits « froids », d’où l’usage du mot anglais « cold » pour ce mode de communication.

Réussite et résultats d’une stratégie de cold emailing

Pour que le message transmis soit lu, il devra attirer l’attention sans chercher à en faire trop ou présenter de fausses promesses. Le mail sera clair, facile et rapide à lire, mais aussi original. En 2019, une étude rappelait ainsi que les professionnels recevaient environ 50 mails par jour dont 1/5 à visée commerciale. Il est donc essentiel de proposer une approche différente, parfois même un peu décalée, pour capter l’attention du destinataire et l’inciter à ouvrir le mail et non le mettre à la corbeille, ou pire, le marquer comme spam.

Quels résultats pour le cold emailing ? Eh bien, presque un quart des professionnels (22% pour être précis) aurait effectué au moins deux achats à la suite d’un mail de ce type. Le mail ne va pas immédiatement générer l’acte d’achat, mais va d’abord donner envie au prospect de visiter le site web de l’entreprise pour en savoir plus à son sujet. Deuxième résultat suite à la lecture du mail : une demande de devis. En revanche, on note que le contact téléphonique est en perte de vitesse, les internautes recevant le mail préférant naturellement rester sur le canal du web en utilisant par exemple un formulaire de contact sur le site de l’entreprise.

Aussi, si cette méthode de cold emailing vous semble archaïque et impersonnelle, il n’en est rien. Employé à bon escient, le cold email peut donc parfaitement s’inscrire dans votre stratégie de vente en ligne, à condition de ne pas brûler les étapes et de rester méthodique, ce que nous allons voir maintenant par le biais des étapes à respecter.

Les étapes pour un cold emailing de qualité

Avant de lancer votre campagne effective et donc vos emails, voici les différentes étapes que nous vous conseillons de suivre :

  • Bien savoir à qui vous adresser. À vrai dire, identifier sa cible est l’une des étapes préliminaires indispensables avant toute action de webmarketing de manière globale ! Pour bien procéder à ce ciblage, il est vivement préconisé de créer des fiches de buyer persona.
  • Dresser la liste des mails de vos prospects. Difficile d’envoyer des mails de prospection si vous n’avez pas les adresses mail de vos destinataires… Plusieurs outils permettent d’établir ce listing tout en respectant le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données). Où obtenir ces fameuses adresses mail ? De nombreuses méthodes existent, mais le réseau social professionnel LinkedIn reste l’un des incontournables en la matière avec plus de 700 millions prospects potentiels à travers le monde (rien que ça !).
  • Préparer les emails avec une attention particulière sur l’approche choisie. Le titre doit être à la fois clair, accrocheur sans chercher à faire racoleur pour autant. Le prospect doit y voir une approche personnalisée. Pour terminer votre email, nous vous conseillons d’ajouter une question courte, qui servira alors d’appel à l’action pour établir un premier contact direct. Le call-to-action permet à l’internaute de gagner du temps, ce qui vous en fait gagner à vous aussi.
  • Préparer les envois automatisés des mails préalablement rédigés.
  • Après l’envoi, suivre les résultats de votre campagne de cold emailing. Pour ce faire, sélectionnez plusieurs indicateurs clés de performance (appelés aussi KPI) : taux d’ouverture des mails, taux de réponse, taux de clics sur le call-to-action…
  • Avec une stratégie réussie, vous aurez des réponses à vos mails. Il va donc falloir gérer ces dernières ! Ces réponses peuvent se faire via un contact direct, un message sur votre formulaire de contact, sur le tchat de votre site web… Tout dépendra des moyens mis à disposition de l’internaute pour répondre à votre cold email ainsi que du call-to-action qui y sera inséré. Une réponse positive à votre mail représente un premier contact qui pourra mener à une prise de rendez-vous ou une vente directe, selon votre secteur d’activité.